Bibliothèque

39 articles

Laberation | Le théorème de Pythagore vient-il du Necronomicon ?

Vous souvenez-vous de l’époque maudite où l’on vous forçait à apprendre par cœur le théorème de Pythagore, à l’aide de formules mathématiques incompréhensibles et de schémas illisibles ?

La question est rhétorique. Nul ne saurait oublier les pires épreuves qu’il a dû affronter dans sa vie et celle-ci en fait sans aucun doute partie. Si vous n’avez jamais compris à quoi ce théorème pouvait bien servir ou même qui était ce fameux Pythagore, nos équipes de Labération ont déniché la réponse pour vous et rassurez-vous : vous n’êtes pas des quiches, ce théorème est véritablement diabolique.

Terrifiant d’évidence, n’est ce pas ?

En effet, grâce à l’aide précieuse d’une équipe d’archéologue menée par un certain I.Jones ainsi qu’une escouade de linguistes dont l’inutilité en toute circonstance a enfin été prouvée, nous avons pu comprendre d’où venait cette formule mathématique obscure. La réponse nous est apparue en étudiant le plus démoniaque des ouvrages : le Necronomicon. Dans les profondeurs de la page 666, nous sommes parvenus à repérer le dessin d’un triangle qui avait tout l’air d’être rectangle. Suite à de délicates manipulation et à des expérimentations poussées de décalquage, nous avons compris qu’il s’agissait en réalité d’un code, utilisé par les fanatiques du mythe de C’thulu et qui servait aux adeptes à trianguler la position d’un des derniers temples du célèbre Grand Ancien.

En observant la carte signalant les derniers événements étranges retranscrits par Lovecraft, on peut ainsi aisément interpréter « A, B et C » comme étant les villes d’Arkham, Bolton et Clarks Corners. La formule maléfique prend alors tout son sens : AB²=AC²+BC² « Entre Arkham et Bolton se trouve l’entrée du sanctuaire, mais il y en a une autre un peu entre Bolton et Clarks Corners mais pas trop loin d’Arkham non plus. Si vous n’avez rien vu, regardez mieux la deuxième fois. »

Selon eux, le Bleu-Clair² ressemblerait à ça. On peut même y tracer des triangles rectangles tels que ceux décrits par le Maléfique Pythagore… troublant.

Les plus tordus des théoriciens n’excluent cependant pas la possibilité d’une autre explication, assez populaire du côté de Wam-Pallala : « L’apocalypse est pour Bientôt² : quand l’Aube et le Crépuscule² seront + Bleu-Clair.² ». Ceux-là mènent des expériences acharnées auprès des stylistes pour comprendre quelle est la couleur Bleu-Clair².

Toujours est-il que grâce à cette découverte, nos équipes ont pu se rendre sur les lieux et y découvrir un temple terrifiant dans lequel de nombreuses âmes perdues s’adonnaient sans vergogne à la pratique interdite des mathématiques, au nom d’une entité nommée Pythagore… un Grand Ancien, vous l’aurez deviné.

Malgré l’horreur que fut cette découverte, nous avons toutefois le plaisir de vous indiquer que cette histoire finit bien. Après avoir enfermé les cultistes dans leur propre lieu de secte, les autorités ont rapidement fait appel à une équipe de spécialiste, les frères Dalton, pour dynamiter l’endroit dont il ne reste que des cendres.

Une menace de moins pour l’humanité, et notamment pour nos amis les collégiens.

Alban

The InkCorruptibles | Les ustensiles lucides #6

La grande contrée de Wam-Palala, célèbre pour sa constitution en faveur de la liberté objetale et son jus de tomate-cerise, n’a pas toujours été telle que nous la connaissons aujourd’hui. Jadis, dans le royaume fort fort lointain de Wôm-Palala (Il y a 13^2ans) un conflit avait éclaté entre le clan des stylos à bille et le clan des stylos plume !

Leur objectif était écrit, littéralement : Prendre possession du grand lac d’encre de Malick (Le premier stylo BIC ayant atteint le réveil objetal), situé entre la région de Impeuhagôch et le grand désert de Plussadroihte.

Blûm, grand commandant des stylos plume, avait un plan, un grand plan, un beau plan, un plan parfait :

– Bon les gars, on les recouvre d’encre !

– Mais heu pourquoi captain ? s’interrogea un stylo sans importance.

– Ben heu, comme ça, ils verront plus rien. Et SBAM ! Ils verront plus rien !

– Ah oui, ça semble logique…

La tâche était ardue, mais Blûm était déterminé à, je cite, “Tous les plumer !”

Cependant, il ne se doutait pas qu’il avait la mort aux trousses, et ne pouvait pas imaginer la férocité féroce de son adversaire qui était pourtant végétarien. Le leader suprême des stylo billes connu sous le nom, doux mais non-moins robuste, de Camille. Un grand général, aux quatres couleurs flamboyantes ! Comment pourrais-je vous le décrire simplement ? Il voit dans le noir, il est vert lorsqu’on lui tend un piège, mais attention, il verra rapidement rouge, et il vous laissera des bleus !

Alors que l’inquiétude de la bataille grandissait, le beau Camille faisait le compte de ses troupes avec Raymond, son second :

– Et les soldats du Mont Stabilo ?

– Aucun n’est venu monseigneur.

– Merde !

– Nous sommes trop peu. 3000 pointes ne suffiront pas à percer les rangs des stylos plumes.

– Je sais Raymond mais nous ….

Un cor au loin interrompit Camille.

– Ce n’est pas un cor de plume.

Sur ces mots il se précipita à l’entrée du camp. Une tonne de questions se bousculaient sous sa carapace en plastique. Qui étaient ces nouveaux arrivants ? Que voulaient ils ? Aimaient-ils les radis ? Et aura-t-il la réponse aux questions précédentes ? Et bien, vous aurez le dénouement de cet intense suspense…
Maintenant : Oui il eut les réponses. C’était des imprimantes. Elles voulaient les aider. Elles détestaient les radis, parce qu’il s’agissait d’imprimantes jet d’encre; et non ces arrogantes imprimantes laser.

Vous êtes plus que bienvenues, mais pourquoi donc vous allier à nous monseigneur Print !? Questionna le general.

Mr Camille, ne vous emballez pas trop, quand on a entendu parler de ce du-du-duel, on a accouru direct. Mais à ma première impression, j’voulais prendre partie pour les plumes, car Blûm est un vieux pote d’usine.

– Ah, vous avez bien fait de changer de côté, il n’y aura plus de descendance chez les plumes, l’usine a arrêté la fabrication plumesque !
Oui, j’ai appris ça, et quand j’ai vu mon indicateur de cartouche vide s’allumer, j’ai réfléchi; je me suis dit qu’ils seront plus susceptibles de garder tout l’encre pour eux.

– Ah vous avez bien réfléchi, c’est que des méchants de toute façon ! S’écria Camille.

– Donc voici le de-de-deal ! On fait moit-moit d’encre !

– Oh, si ce n’est que ça, ça roule !

– Bien, mais faites gaffe, je n’ai pas que des cartouches d’encre en réserve, si vous voyez ce que je veux dire… Menaça Print.

Camille avait accepté le de-de-deal sans aucune retenu, et pourtant, à aucun moment il n’avait l’envie de renoncer au moindre millimètre triangle2 du lac. Il avait donc l’intention de se débarrasser de Blûm en premier, avant de trahir Print. Quel emploi du temps ! Mais son ambition mènera-t-elle à la goutte d’encre qui fait déborder la cartouche ? La suite nous le dira.


La nuit passa et le lendemain matin, alors que toutes les troupes se mettaient en ordre de marche vers le lac de Malick, Camille songea : “C’est donc ici que va se jouer la grande bataille de notre temps ”. Quand ils arrivèrent sur les bords du lac, les stylos plumes étaient déjà là. Mais ils n’étaient pas seuls. Forts et brillants dans leurs armures jaunes les Stabilos mené par Hugo, étaient avec eux. L’encre de Camille ne fit qu’un tour. Il venait d’être trahi par son plus vieil ami. Il se tourna vers ses troupes :

– Formez les rangs soldats, formez les rangs ! Les imprimantes devant et les stylos derrière !

– Enfin Mr Camille, nous on balance des cartouches, c’est les stylos à l’estoc ! Répliqua Print.

– Ah, oui effectivement, je me disais qu’il y avait un truc de pas logique… Faites comme il a dit ! Mes amis, aujourd’hui nous combattrons, parce qu’elle coûte chère, cette bonne terre ! Chargez, et que le crépuscule soit rouge ! … Ou bleu, ou vert, c’est selon en faite.

– C’est alors que tous les capuchons furent retiré d’un seul coup, pendant que toutes les imprimantes se mirent à scintiller d’une couleur verte étincelante, signifiant une grande détermination, mais surtout, qu’elles étaient allumées. Sur l’écran de Print, on pouvait lire :“Ouais ! Que la ba-ba-bataille commence !”.


C’est sur ses 4,6 mots que la bataille commença. Les capuchons volaient en éclat, les pointes de plume se brisaient sous un solide plastique “made in young-corée”. Les odeurs d’encre usagé et de plastique fondu rendaient l’air irrespirable, enfin c’est ce que j’aurais pu dire si ce n’était pas des objets. Cependant, dans la fougue de la bataille, un détail leur échappa : Les imprimantes n’avait pas encore tiré, alors qu’elles avaient déjà nettoyé leur tête d’impression depuis plusieurs minutes. Camille s’en aperçut suite à un coup d’oeil en arrière, mais le conflit était déjà lancé, et lorsqu’il fit volte-face, qui ne vit-il pas à 10cm devant lui : le grand… Le beau… Le Blûm ! Camille n’eut pas le temps de comprendre la situation, qu’il ressentait déjà une grande fuite d’encre dans son abdomen, si l’on puit dire. Blûm l’avait transpercé de son bec argenté, le verdict était tombé : Il s’était fait plumer.

Mais alors que Blûm se réjouissait de sa victoire, il se passa quelque chose qu’il ne comprit pas sur le moment. Tous ses alliés stabilos firent volte face, et partirent en roulant à grande vitesse le plus loin possible du champ de bataille. Le commandant plume cherchait Hugo, leur regards se croisèrent, alors que le chef stabilo était déjà loin du champ de bataille, esquissant un large sourire. Camille était au sol, mourant, dans un bain de sa propre encre, devenue multicolore. Et dans un dernier souffle, il regarda Print au loin, et put lire sur son écran, grâce à son 14/10 aux deux yeux : “- Ha ha ha, on vous a bien niqué -”.

C’est alors, dans un calme de mort et d’incompréhension, qu’on entendit Print crier : “Mes amis, ti-ti-tirez !!!”. Les imprimantes se sont exécutées immédiatement, et le ciel s’est noirci d’une nuée de cartouches d’encre. Mais, étonnamment, on pouvait apercevoir la couleur qu’elles contenaient, ni du cyan, ni du jaune, uniquement du magenta.

Camille et Blûm regardaient le ciel, et dans un souffle étonnement synchronisé ont murmurés : “Oh mince, on s’est fait niquer…”.

Les cartouches s’écrasaient au sol, laissant déverser un océan d’acide, réduisant les plumes et les stylos à l’état de matière première. C’est alors que naquit un deuxième lac, bordant celui de Malik, mélangeant acide, plastique, encre et métaux en tout genre…


Le plan des imprimantes et leur alliance avec les stabilos avaient fonctionnés, aussi bien que leur bouton “start” visiblement.

– Félicitation Monseigneur Print, vous avez vidé vos réserves de cartouches pour notre cause, vous avez respecté notre contrat avec acide-uité.

– Et vous allez respecter votre part, on fait moit-moit !

– Ah, justement c’est là que je voulais en venir, j’aurai une question pour vous : Pourquoi laisser survivre ceux qui amène les humains à ne plus se servir de stylo ?

– Mais… Mais… qu’est-ce que…

– Print n’eu pas le temps de finir sa phrase que tous les stylos se sont attaqué aux imprimantes avec une férocité féroce, bien qu’ils soient toujours végétariens. Elles pouvaient difficilement se défendre, étant prises au dépourvu, et n’ayant plus aucune cartouche d’acide sous le capot.

C’est dans un grand geste héroïque, que Hugo sauta sur la tête, autrement appelé “scanner”, de Print. Mais alors que la pointe du stylo s’apprêtait à se planter, Print ouvrit le capot de son scanner, fracassant le stylo et le projetant au loin, directement dans le nouveau lac. Hugo put décrocher quelques mots, “Espèce de… Blup, blup, blup”, avant de mourir englouti sous une mare d’acide.


Print ordonna de cesser les combats, en affirmant que beaucoup trop d’encre avait coulé aujourd’hui. Fatigués et désabusés, ils se sont exécutés. Il se sentit obligé de faire un beau discours, parce qu’il y a toujours un beau discours à la fin d’une histoire :
Mes amis, regardez tout ce que ces conflits ont provoqué, toujours plus de morts, des grands chefs qui font des trahisons à gauche et à droite pour leur propre intérêt, et vous qui vous battez aveuglément derrière eux….

Je vous épargne la suite de son discours, car bien que fort inspirant pour les stabilos, je suppose qu’il l’est un peu moins pour nous autres humains. Sachez seulement qu’il acheva son monologue par une question, à laquelle il n’attendait peut être pas une reponse “au pied de la lettre” :
Souhaitez-vous vivre dans un monde rempli de hauts dirigeants véreux ?

Ses mots furent incroyablement inspirants pour ses troupes. À tel point que dès qu’il eut fini son incroyable discours, ils l’ont saisi, et jeté dans l’incroyable lac d’acide. Et plouf parfois la vie fait plouf; ou blup blup blup, ou splatch, ou encore spuffbtssss… C’est ainsi que se sont achevés les règnes, mais surtout les vies de Blûm, Camille, Hugo et Print.

Les imprimantes et autres stabilos encore vivants après la bataille arrivèrent à un constat majeur : Maintenant que tout le monde était mort, ils avaient suffisamment d’encre pour un bon moment, et donc plus aucune raison de se maraver la tronche. Et c’est sur cette conclusion que chacun prit une dose raisonnable d’encre pour son utilisation personnelle, repartit chez lui, et devint communiste.

FIN1. Certains ustensiles se disent “végétariens”, ou les plus hypocrites d’entre eux “vegans”, mais on le sait tous, les stylos, ça ne mange rien que l’on pourrait qualifier de “nourriture”

2. A Wam-palala, il est courant d’utiliser le mètre triangle pour calculer les surfaces. (On le note 1mT ou 1m2)

Par la main gauche de John Smith, et son fidèle Harmonica, Nicolas

Laberation | L’elfe de Naheulbeuk : une idole.

RETOUR SUR L’UNE DES IDOLES LES PLUS EN VOGUE DE CES DERNIÈRES ANNÉES, SELENIA III, PLUS FRÉQUEMMENT APPELÉE L’ELFE PAR SES FANS.

Pour comprendre la fascination qu’inspire la souveraine aux avantages bien courbés, notre équipe de reporters s’est aujourd’hui rendue chez la Cruchette-en-chef des Admirateurs de la Belle Salade, la fameuse Katniss Everdeen.

L’adolescente nous a accueillis chez elle à grand renfort de sourire et de coucous de la main, puis elle nous a invités à nous asseoir dans son salon au milieu duquel une petite pousse d’arbre tirée de l’Arbre du Pendu avait été plantée. Pour nos lecteurs les plus avides de tourisme, nous vous rappelons que le plant original se trouve à Valtordu. Bref, la gagnante des Hunger Games s’est alors fait un devoir de nous expliquer pendant une bonne heure la signification de cet arbre, qui commémorait le souvenir des “gens super gentils mais qui avaient pas eu de chance et ne pourraient donc plus jamais cueillir des framboises pour lutter contre le méchant président Snow.”

Voici la réaction de Katniss face à n’importe quelle question.”

Au cours de notre conversation, nous avons rapidement pu constater que la jeune fille semblait s’être fixée pour seul objectif d’avenir de ressembler du mieux qu’elle pouvait à Selenia III et que toute sa vie insipide semblait tourner autour de ce seul but. Le regard vide et innocent, la polygamie incontrôlée, la naïveté à toute épreuve, le fait d’être un personnage principal doté du charisme d’une huître échouée sur une île de déchets… Tout a été calqué sur Sa Blondeur. Ou presque, puisque Katniss a eu l’honnêteté d’avouer qu’elle avait encore quelques pulsions d’ados rebelles qu’elle ne parvenait pas à réfréner et qui entachaient parfois sa choupinesse.

C’EST ALORS QUE LA QUESTION ÉPINEUSE DU TIR À L’ARC EST VENUE PIMENTER UN PEU LA CONVERSATION.

Non sans adopter l’air gêné et béat que nous lui connaissons tous, l’adolescente nous a avoué un secret que l’Elfe ne semble partager qu’avec ses fans les plus dévoués :

“En réalité, nous ne savons pas tirer à l’arc, mais le plus important ce n’est pas de savoir faire des choses, c’est d’y croire fort pour que les gentils gagnent !”

Nous tenons à préciser ici que malgré la violence des propos susmentionnés, il est de notre devoir de les partager avec le public et que cela n’implique en rien une quelconque caution desdits propos de notre part. Nous avons d’ailleurs le plus grand respect pour nos amis les archers et autres tireurs et en profitons pour féliciter une fois de plus Joffrey Barathéon pour sa performance au championnat de fléchettes.

C’est malheureusement tout ce que nos reporters ont pu tirer de la part de Katniss Everdeen qui a, à partir de ce moment-là, fait preuve d’une hystérie joyeuse incontrôlable en nous présentant un nouveau croisement de légumes qu’elle avait mis au point en l’honneur de “la gentille forêt”, qui avait une apparence assez quelconque, quelque part entre le navet et la patate, et qu’elle avait nommé Peeta.

Dans leur fuite effrénée, notre équipe de Labération est par chance tombée sur une bande de nains ivres à qui nous avons fourni quelques pioches et l’adresse de Katniss, dans l’espoir qu’une conversation constructive puisse être créée entre eux.

Et c’est donc sur ce dénouement heureux que nous achevons cet article qui n’aura, nous l’espérons, pas manqué de vous éclairer sur le monde des idoles et de leurs fans.

Alban

Laberation | Du nouveau sur le cambriolage de Gringotts !

DES NOUVELLES INFORMATIONS NOUS ONT ÉTÉ COMMUNIQUÉES DEPUIS NOTRE DERNIER ARTICLE SUR LE CAMBRIOLAGE DE GRINGOTTS.

Il semblerait que Mr Bilbo Baggins ait été libéré suite à ce qui n’étaient que de fausses accusations pour laisser sa place au capitaine Jack Sparrow dont la culpabilité ne fait plus aucun doute. Le criminel a en effet été arrêté après avoir été dénoncé aux autorités par l’un de ses proches associés, son second en réalité, qui nous affirme, je cite : “Je refuse de m’abaisser à des actes aussi bas que de voler une banque aussi minable.” De plus, les rapports de balistique indiquent également que le trou par lequel le voleur est entré correspond à la morphologie du Black Pearl qui a été utilisé comme une sorte de bélier contre le mur de la banque.

Le capitaine Jack Sparrow a donc été inculpé pour attaque à bateau armé et cambriolage et sera bientôt jugé. Nous n’avons entendu qu’une modeste déclaration de la part du criminel qui n’a pas hésité à provoquer l’autorité du commissaire Gordon : “Que ce jour reste dans les mémoires comme le jour où je vais sans doute encore réussir à m’échapper !”.

L’histoire ayant été tirée au clair, nous pouvons adresser tout notre soutien à Mr Bilbo dont nous n’avons cessé de clamer l’innocence, ici dans Labération, ainsi qu’aux gobelins de Gringotts pour qui cette nouvelle faille de sécurité pourrait bien signifier une réorientation professionnelle forcée.

Le capitaine Jack Sparrow tirant son butin derrière lui, au sortir de Gringotts.

Alban

Laberation | Gringotts, encore cambriolée !

Tout va de travers sur le chemin de traverse !

 Dans la nuit d’hier, Gringotts, la banque des sorciers, a été de nouveau cambriolée par un individu qui n’a   pas encore été identifié ni appréhendé.

 On se rappelle que la banque qui vantait sa sécurité infaillible a déjà été cambriolée une première fois par  professeur bégayant du nom de Quirell, puis par trois adolescents recherchés qui avaient eu la discrétion  de s’enfuir en fracassant les étages avec un dragon… l’animal ayant été posté là par nul autre que l’équipe  de sécurité de la banque. Et si.


Ce mioche a réussi à cambrioler Gringotts, voilà qui en dit long sur l’efficacité de la sécurité de la banque.

Hagrid nous a d’ailleurs laissé un témoignage aussi éloquent que visionnaire lors de la première faille de sécurité de la banque, il y a quelques années de cela, en affirmant rien de moins que “Poudlard est un endroit plus sûr que Gringotts”. Lorsqu’on sait que l’école de magie a abrité d’une année sur l’autre des dangers mortels tels que Lord Voldemortdéguisé en professeur, un basilic, une araignée géante et sa famille, une armée de détraqueurs, Peter Pettigrow (le bras droit de Voldemort), Barty Croupton Jr (l’autre bras droit de Voldemort) un géant nommé Graup, Severus Rogue (Voldemorta beaucoup de bras droits), plusieurs dragons ou encore les jumeaux Weasley (que nous saluons d’ailleurs), on comprend que l’affirmation de notre garde-chasse préféré n’est pas à prendre à la légère.

C’EST DONC UN NOUVEAU COUP DUR POUR GRINGOTTS,

qui se battait déjà avec la Caisse d’Epargne pour la dernière place dans le classement des banques en lesquelles le peuple a le plus confiance. Les sondages de ce matin annoncent que l’établissement de nos braves gobelins s’est désormais solidement ancré en dernière position.

En parallèle, l’enquête se poursuit sous l’aval expert du commissaire James Gordon. Si aucune preuve n’a été retrouvée sur place, un suspect a cependant été arrêté ce matin dans le cadre de cette affaire et il s’agit du très célèbre cambrioleur Bilbo Baggins (ou Sacquet). En effet, de nombreux employés de chez Gringotts affirment que le hobbit était sur place au moment où le méfait a été commis. Nous avons d’ailleurs interrogé un des gobelins de garde :

– Bonjour monsieur… ?

– Krakboum.

– Enchanté. Je vais être direct monsieur Krakboum, pensez-vous que Bilbo Baggins soit responsable du cambriolage ?

– Mais bien sûr enfin ! À peine ce microbe avait-il passé la porte de notre beau bâtiment que toute notre équipe de sécurité lui a collé aux basques, car notre intelligence supérieure nous permet de repérer tout de suite les gens pas très clairs.

– Toute votre équipe ? Je comprends la menace que cet individu représente, mais les autres clients n’étaient donc pas surveillés ?

– Nous avons une clientèle très respectable.

– Bien sûr… Et donc comment le hobbit a-t-il… enfin aurait-il réussi à tout voler alors qu’il était sous votre surveillance ?

– Il est ressorti et il est revenu avec un dragon pour tout voler ! C’est son truc à lui les dragons, j’en suis sûr.

– C’est vrai qu’il est doué pour les amadouer. Mais possédez-vous une preuve qui permette aux autorités de mettre définitivement ce voleur derrière les barreaux ?

– Il y a un énorme trou dans la façade, c’est par là que la vermine est entrée avec son dragon !

– Merci pour votre témoignage, Monsieur Krakboum.

LES SUSPICIONS PESANT SUR LE HOBBIT SEMBLENT ÊTRE PARTAGÉES DE TOUS.

Après les Sacquet-de-besace venus réclamer leur héritage, c’est un certain Gollum, un SDF, qui est également venu porter plainte contre Bilbo en témoignant des élans kleptomanes secouant le principal suspect dans cette affaire de vol à GringottsBatman et, les détectives nommés sur cette enquête, ont été convaincus par ces témoignages et sont désormais persuadés que Bilbo Baggins est bien le coupable qu’ils recherchaient et qu’il ne reste plus qu’à le cuisiner pour qu’il avoue son crime. Seul le très controversé Colomboreste sceptique et nous explique “En parlant de cuisiner, aucune nourriture n’a été volée… ça me semble bizarre, de la part d’un hobbit”.


Dans la main gauche, l’anneau de pouvoir. Dans la main droite, une épée, symbole de violence. Dans le regard porté sur l’anneau, de la fascination. Et si cette image dévoilait la véritable personnalité du hobbit ?

En attendant d’en savoir plus, Bilbo reste en garde-à-vue au commissariat de Gotham où il réclame des tartines de pâté tous les quarts d’heure, afin de garder la forme.

Pour l’instant, le mystère de la culpabilité du hobbit reste entier et en tant que journal respectueux des droits de chacun, nous respecterons la présomption d’innocence en ne jugeant pasMr Baggins avant que son affaire soit passée au tribunal.

Mais nous finirons ce numéro en vous recommandant, chers lecteurs, de faire attention à votre portefeuille si vous vous aventurez vers la Comté, par mesure de précaution.

Alban

Un peu de SF | Les Histoires Artistichaotiques

Voici quelques modestes alexandrins faits pour exprimer ma pensée lorsqu’un professeur de littérature me donne comme sujet d’écriture “Après” !

Thème : “Après”

Et après ? Après quoi ? Après qui ? Après quand ?

Asimov et ses lois ? Il y a plus marquant…

Bradburry et ses lunes ? L’exploration du ciel ?

Apollo manqu’de thune, nous d’un référentiel.

Comment compter le temps sans qu’on l’ait défini ?

Par rapport à avant, après c’est… l’infini ?

Lucas nous vend Star Wars, Doc’ retourne au futur

Bohr crie devant cette farce, quel manque de culture…

Tu veux la vérité, toi cher lecteur perplexe ?

Pas de quoi paniquer, ce n’est pas si complexe…

Pour connaître l’après, pas d’abracradabra,

Einstein m’a chuchoté : Seul le temps le dira.

Alban

Laberation | Harry Potter recrute chez les serpents de légende

C’EST UNE NOUVELLE DÉCOUVERTE CHOQUANTE QU’ONT FAIT CE MATIN-MÊME LES REPORTERS DE LABÉRATION
Dès son plus jeune âge, Harry se préparait…

Au ministère de la magie, dans le bureau du nouveau ministre de la justice magique, le très connu Harry Potter. Celui qu’on connaît sous les diverses surnoms « Le Survivant », « l’Élu » ou encore « le crapaud frais du matin » a, en effet, dans le plus grand des secrets, séquestré puis dompté le seigneur Orochimaru à l’aide de sa maîtrise du fourchelang.

Pour rappel envers nos lecteurs avisés, la dernière fois que ce genre de technique a été utilisée, l’auteur en était Vous-Savez-Quilui-même et il s’en était servi pour lâcher dans les murs de Poudlardun féroce basilic, neutralisé par la suite par le phénix du directeur. Toujours est-il que cette pratique est extrêmement alarmante, surtout de la part d’un homme qui a déjà montré à de nombreuses reprises son instabilité. On se souvient tous des très récents événements provoqués par le fils de Mr Potter qui ont bien failli aboutir en un retour fulgurant de Vous-Savez-Qui au pouvoir…

Peut-on lui faire confiance ?

Et en tant que journal libre, nous osons le dire, il ne serait pas étonnant que ce plan ait été orchestré par Harry Potter en personne. Les raisons en restent obscures, mais on peut imaginer que Vous-Savez-Qui aurait fait un parfait bras droit pour un coup d’état ou même, plus fourbement, que le Survivant comptait de nouveau attaquer le Seigneur des Ténèbres en traître et se présenter ainsi comme un sauveur au reste du monde. Ce ne sont bien sûr que des hypothèses, mais qui trouvent des fondements solides dans l’enchaînement des derniers événements.

NOUS AVONS D’AILLEURS RECUEILLI LE TÉMOIGNAGE DE DRAGO MALEFOY

Le père de l’adolescent ayant sauvé la situation lorsque le fils d’Harry Potter tentait de précipiter l’apocalypse :

« C’était déjà comme ça à Poudlard, se désole-t-il. En deuxième année, il a forcé un serpent à attaquer un Poufsouffle… alors que même nous, les Serpentards, on se respecte assez pour ne pas s’attaquer aux faibles. Et puis personne ne sait vraiment ce qui s’est passé dans cette chambre des Secrets en fin d’année, tout ça n’a jamais vraiment été tiré au clair. »

Cet homme est dangereux !

Lorsque nous lui avons demandé son avis sur la situation et ce qu’il pensait deviner des plans futurs du ministre Potter, il a été catégorique :

« En cinquième année, il avait déjà réussi à rassembler une armée dans l’école dont il s’était auto-proclamé chef. Sa femme a eu le tact de nommer cette escouade selon le nom du directeur de l’école, reportant ainsi la faute sur lui, mais on sait tous ce qu’il en est… Si vous voulez mon avis, il ne fait que recommencer le même processus. Il crée une armée pour prendre le pouvoir. »

Cette dernière affirmation de Mr Malefoy corrobore avec le choix d’animal de compagnie de Mr Potter : il ne s’agit de rien de moins qu’Orochimaru, ninja déserteur de Konoha, ancien membre de l’Akatsuki, meurtrier du 3ème Hokage et dont les pouvoirs sont si puissants qu’il a, pour ainsi dire, maîtrisé l’immortalité. Comment ne pas craindre un coup d’état de la part du ministre de la justice magique lorsqu’il dompte à l’aide du fourchelang un tel génie du mal pour le servir ?

SASUKE UCHIWA EXPRIME ÉGALEMENT SON INQUIÉTUDE :

« Le monde est si sombre, ma vie est nulle, je suis au fond du gouffre. Vous ai-je dit que les ténèbres m’entourent dans le plus profond des éclats sombres de la nuit solitaire et… euh… nocturne ? Hein de quoi, on parle d’Orochimaru ? Ouais il est fort mais j’m’en fous j’suis le meilleur. »

Harry, s’il est responsable, va se mordre les doigts d’avoir mis notre amie en colère !

Et nous partageons tous cette inquiétude dans Labération. Des indices indiquent d’ailleurs que Mr Potter ne compte certainement pas s’arrêter à Orochimaru mais se former une véritable escouade monstrueuse. En effet, notre charmante amie des champs de justice et pour ainsi dire collaboratrice de confiance, Katarina Du Couteau, a signalé il y a quelques heures la disparition de sa sœur Cassiopeia. Elle est rapidement parvenue à la même conclusion que nous :

« Ma sœur a bon fond, mais si elle est manipulée, elle peut devenir une arme redoutable. Cependant, rassurez-vous, chers amis et lecteurs, je suis sur le dossier. Qui que soit le responsable de cet enlèvement, Harry Potter ou pas, découvrira pourquoi on m’appelle la Lame Sinistre. »

! Alerte enlèvement !
Aidez-nous à la retrouver

Voilà qui saura instaurer le doute dans l’esprit de notre ministre et certainement réconforter nos chers concitoyens. De vrais experts travaillent en ce moment-même à tirer au clair cette histoire et à assurer notre sécurité à tous.

En attendant d’avoir plus d’informations, nous laissons les lecteurs tirer leurs propres conclusions sur cette sombre découverte.

Alban

Gregor Clegane suspecté de consommation excessive de stéroïdes | Laberation

Un gagnant légitime ?

Alors que nous venons de terminer l’un des plus grands tournois que Port Réal ait jamais connu, nous apprenons aujourd’hui une terrible nouvelle : l’un des participants aurait consommé une forte dose de produit anabolisant.

Elboron, fils de Faramir du Gondor, et d’Eowyn du Rohan.

Cette nouvelle inattendue pourrait remettre en cause tous les résultats de la compétition, en disqualifiant le supposé fautif. Ce nouveau cas de figure nous offrirait un tout autre vainqueur, et encore plus étonnant, un rohirrim, arrivé 2ème au classement : le jeune Elboron.

“Je souhaite voyager, et prouver ma valeur à mon père, afin d’être capable de devenir l’intendant d’Ithilien”

Mais gardons notre professionnalisme et évitons de rentrer sur le terrain des spéculations.

Afin d’en savoir un peu plus, l’équipe de Laberation à réussi à obtenir une interview exclusive de son petit frère lui-même, Sandor Clegane.

Sandor Clegane, surnommé Le Limier

Bonjour Mr Clegane, merci d’accepter de répondre à nos questions.

– Quoi, qu’est-ce que vous voulez putain ?

Bien tout d’abord, qu’avez vous pensé du tournois ?

– J’en ai foutrement rien à branler.

Merveilleux, et que pensez-vous des suspicions à l’encontre de votre frère ?

– Bordel, c’est évident qu’il est complètement drogué, vous avez vu sa gueule ! Il pourrit sous son heaume à vue d’oeil, et il pue la mort ! J’vais tuer cette ordure ! (…)

Mr Sandor Clegane commençant à s’énerver et frapper sur la table, nous avons préféré clore cette entrevue. Il nous a semblé déceler quelques problèmes relationnels dans la fratrie. Cependant, c’est sans équivoque : Il juge son frère coupable.

NOUS AVONS ESSAYÉ DE SAVOIR D’OÙ POURRAIENT PROVENIR CES SUBSTANCES.

Nous avons demandé à un “homme” régulièrement présent au donjon rouge. Soutenant notre ligne éditoriale, il a accepté de nous dire ce qu’il savait, mais nous garderont son anonymat, pour sa propre sécurité.

D’après notre source, l’Homme ayant fourni les produits ne serait autre que la main de la reine elle-même, Qyburn. Afin de nous assurer que nous puissions lui faire confiance, notre témoin nous a affirmé que ses petits oiseaux sont dignes de confiance, et ne font jamais d’erreurs.

Nous avons donc deux suspects potentiels, d’après ce que nous avons pu recueillir au cours de notre enquête. Maintenant, il nous incombe d’attendre une déclaration plus officiel de l’OCJP (Organisme des chevaliers des joutes de Port-Réal), ainsi que de la reine ou de ses représentant.

Pour conclure, nous vous tiendrons informés de la moindre évolution de la situation, et espérons que la vérité aura le fin mot de cette histoire.

Jeremy

Laberation | Les vrais responsables du réchauffement climatique démasqués

Un mensonge d’ampleur international révélé

En effet le responsable du réchauffement climatique ne serait pas l’activité humaine en général mais plutôt les agissements d’un groupe d’individus peu recommandables : la Team Rocket.

Pour preuve, un fichier audio envoyé anonymement à notre journal :

“Une fois de plus la Team Rocket s’envole vers d’autres cieux”

En effet, au cours de leurs très nombreux affrontements avec Sasha (cet individu est également impliqué dans une sombre affaire dont nous parlerons dans un article à paraître prochainement) les membres de cette organisation ont violemment traversé la couche d’ozone à plusieurs reprises avec de terribles conséquences. Les chocs répétés ont provoqué l’énorme bouleversement climatique que nous connaissons actuellement.

Nous avons retrouvé le Professeur Chen qui a courageusement accepté de nous rencontrer chez lui au Bourg-Palette.

“Depuis que j’ai dénoncé les agissements de la Team Rocket je suis persécuté. Je me sens suivi dans la rue, la police a saisi mes pokémons comme pièces à conviction dans le cadre d’une enquête. Ils ont refusé de m’en dire plus. Secret défense.”

Cette déclaration a poussé nos journalistes à poursuivre leur investigation pour découvrir la raison de l’inertie de l’ONU sur le cas de cette organisation.
Ce qui va suivre est édifiant.

NOUS AVONS DÉCOUVERT L’IDENTITÉ DU CHEF DE LA TEAM ROCKET

Et il s’agit de l’une des personnes les plus puissantes de mondeDonald Trump. Ce dernier a remplacé Giovanni à la tête de l’organisation et plusieurs membres de l’ONU y occupent des postes importants.
Son refus de reconnaître l’existence même du réchauffement climatique est un aveu de culpabilité.

Il est vrai que nous avons subi des pressions pour empêcher la publication de l’article mais notre priorité est que tous nos lecteurs aient accès à des informations fiables. En ces temps obscurs, je conclurai modestement en affirmant ceci : “Même dans l’adversité, la vérité éclatera.”

Nicolas

Les joyeuses aventures de Zilk | Chapitre IV : L’oracle des bois Sonfrèches


– CHAPITRE IV –

L’oracle des Bois Sonfrèches

Qui aurait-pu penser que, par cette belle journée ensoleillée, dans une taverne si tranquille, des choses pour le moins terribles allaient se produire ? Personne, car ce ne fut pas le cas.

En cette douce après-midi, dans la paisible auberge du Tonneau Percé qui avait recruté une nouvelle serveuse tout aussi fringante que la précédente, deux êtres maléfiques et leur sublime raton-laveur se reposaient en toute quiétude, sans songer qu’à quelques dizaines de kilomètres de là, une guerre de religion sanglante venait de se déclencher et allait répandre le chaos sur l’intégralité du Continent pour les siècles à venir.

  • Zilk, interpella discrètement Morgane, regarde le vieux croûton au fond de l’auberge. Ce bougre ne nous a pas lâché des yeux depuis qu’on est arrivés.
  • Hmm ? marmonna Zilk, occupé à apprendre à Bibine comment tenir convenablement sa petite cuillère. Vu le triste état de ses vêtements, il n’a pas l’air de présenter le moindre intérêt.
  • Mais j’aime pas qu’on m’observe comme ça ! s’emporta la belle.
  • Eh bien, s’il te dérange, tue-le et cesse donc de faire de même avec moi. Non mais qu’est ce que c’est que ces manières ?

Morgane détourna le regard du vieillard afin d’observer son compagnon qui la rabrouait. Quand il en eut fini, elle leva les yeux au ciel avec agacement, sans savoir comment débloquer la situation.

  • Vieil homme ! Tonna soudain le mage noir de toute la terrible puissance de sa voix, faisant sursauter tous les clients de l’auberge y compris sa camarade. Pourquoi regardes-tu avec autant d’insistance la poitrine opulente de ma comparse ? Cela va à l’encontre de toutes les règles de bienséance !

Il y eut un flottement dans la salle. Zilk n’ayant pas pris la peine de se retourner, il semblait à tous qu’il s’adressait au mur en face de lui. Face à ce silence inattendu, le sorcier jeta un coup d’oeil derrière lui et se rendit compte qu’il n’y avait aucun vieillard attablé au fond de l’auberge, seulement un jeune couple avec leur bol de soupe et un marmot en sanglots agrippé au pied de la table comme si sa vie en dépendait. Agacé par ces pleurs incessants, le nécromancien jeta en toute discrétion un sort de disparition sur le support du jeune enfant, ce qui le fit tomber à terre. La table, déséquilibrée, déversa alors l’intégralité de son contenu sur le malheureux qui se retrouva assommé par sa hantise de toujours, une assiette de poireaux.

  • Morgane ? fit Zilk d’un air interrogateur. Pourquoi n’y a-t-il aucun vieux croûton tel que tu me l’as décrit ?
  • Parce qu’il est à côté de toi… soupira la jeune femme. Il a été tellement effrayé par ton discours qu’il a aussitôt rappliqué… mais je crois qu’il n’ose pas te parler, en fait.

Zilk se tourna alors vers l’homme. Il le toisa du regard, l’inspectant de bas en haut d’un air hautain. Il était pauvrement vêtu. Une simple cape de toile enveloppait un maigre corps dont les os se devinaient exagérément. Des culottes rapiécées par le temps ainsi que des bottes trouées complétaient sa tenue. Son faible regard trahissait les nombreuses épreuves qu’il avait récemment traversées et les multiples rides déformant son visage attestaient de son âge avancé, comme l’avait subtilement précisé Morgane.

  • Alors vieillard, gronda le sorcier. Comment oses-tu porter le regard sur les formes de MA partenaire ?
  • Je… je… balbutia-t-il. Je m’excuse de vous déranger messire, je n’ai pas eu l’intention de vous offenser, ni vous, ni votre damoiselle. Je voulais simplement vous parler mais je ne savais pas comment vous aborder car j’ai tout de suite vu en vous une grande puissance. Mon peuple et moi avons grand-besoin de votre aide !
  • Eh bien tu vois, ce brave homme ne te reluquait pas ! indiqua joyeusement Zilk.
  • Je n’ai jamais dit ça, c’est toi qui fait une fixette sur mes courbes…Et je ne suis pas sa damoiselle… ajouta-t-elle en grommelant à l’adresse du vieil homme, tout en sachant pertinemment que personne ne l’écoutait.
  • Le problème est donc réglé, conclut le mage noir en se levant. Je te propose de nous mettre en route maintenant, le monde nous attend !
  • Mais… Et mon peuple ? Vous allez m’aider n’est-ce pas ? implora l’octogénaire de sa voix vacillante.
  • Morgane, allons-y ! Hazefu ne s’est pas détruite en une semaine ! Elle n’est pas encore détruite d’ailleurs… Il faudra y remédier.

Imitant avec plaisir l’attitude de son partenaire de crime, la sulfureuse rousse ramassa ses affaires et marcha de son pas le plus digne vers la sortie, ignorant totalement les suppliques du vétéran.

Ils avaient ainsi marché plusieurs heures durant, suivant une direction qu’avait indiqué Zilk en sortant de l’auberge. Son choix avait été dicté selon l’alignement des planètes avait-il affirmé d’un air distrait. Morgane avait cessé de chercher à comprendre, épuisée par ses récentes aventures, se contentant de le suivre en somnolant. Leur avancée était ponctuée par les râles de Zilk qui estimait la marche de sa compagne trop lente à son goût. Leur balade n’avait profité qu’à Bibine, qui sautillait joyeusement d’arbustes en arbustes en couinant avec légèreté et grâce.

Enfin, alors que s’étendait doucement le voile de la nuit sur l’horizon, ils découvrirent avec émerveillement des traces de civilisation sous la forme d’une cabane coincée dans le tronc d’un vieux chêne. Zilk s’arrêta en vue de la hutte, fit signe à ses compagnons de l’imiter et se retourna vers Morgane avec l’étincelle dans les yeux que la belle rousse commençait à assimiler à une idée fusant dans son esprit.

  • Et tu as parfaitement raison, confirma-t-il. Une idée fuse bel et bien dans mon esprit.
  • Ha, je me disais aussi… mais attends ! s’exclama-t-elle avec étonnement. Tu peux lire dans mes pensées ?
  • Oh non, c’est inutile. Je suis désolé de devoir te l’annoncer ainsi, entama Zilk avec ironie, mais tu es seulement bien prévisible ma jolie.
  • Ma jolie ? Ma jolie ! Ne m’appelle plus jamais comme ça ! s’indigna la rousse en rougissant de fureur. Recommence ne serait-ce qu’une seule fois et…
  • Toc toc, l’interrompit subtilement le battant de la porte vers laquelle Zilk s’était dirigé, ignorant les propos de sa partenaire.
  • Et je te conseille d’arrêter de m’ignorer, espèce de mage de pacotille !

A ce moment précis, un vieillard ouvrit la porte du cabanon et se retrouva face à un Zilk souriant, une guerrière farouche et un mammifère callipyge, dont les formes rappelaient la beauté et la pureté d’une belle nuit d’été.

  • C’est à moi que vous parlez, jeune impudente ?! s’offusqua-t-il en frétillant des bajoues. Je ne vous permet p…
  • Bonsoir cher confrère, le coupa le mage noir d’un ton posé. Je suis Zilk, voici Bibine et la turbulente jeune femme que vous voyez n’est autre que Morgane, ma partenaire. Veuillez l’excuser pour ces quelques mots peu agréables, j’imagine qu’ils m’étaient destinés…
  • Humph. Et pourquoi avez-vous voyagé jusqu’à ma demeure, cher… confrère ? questionna l’ancien en jetant sur son interlocuteur un regard suffisant.

Zilk se racla la gorge avant d’entreprendre une longue et élégante tirade dont il avait le secret. Il ouvrit la bouche, prêt à déverser sa savante dialectique :

  • On veut juste savoir quelles personnes comptent déclencher l’apocalypse et où on peut les trouver, lâcha Morgane avec dédain.

Son comparse se retourna, visiblement choqué par sa prise d’initiative soudaine et irréfléchie. Elle lui répondit par un sourire moqueur et continua.

  • Vous êtes sorcier c’est ça ? fit-elle en montrant du doigt ce qui semblait être un télescope, feignant une expression admirative.
  • Je suis un devin moi madame ! clama-t-il avec aigreur. L’oracle des Bois Sonfrèches !
  • Ca tombe bien, je ne serai pas contre un petit remontant, précisa Zilk à part.
  • Eh bien c’est exactement ce que nous recherchons ! poursuivit la fière voleuse. Un homme aussi compétent et renommé que vous devrait pouvoir nous aider, non ?
  • Moui, c’est pas faux, présenté de cette façon, songea le bougre. Suivez-moi à l’intérieur.

Avant de pénétrer dans la bicoque, Zilk arrêta Morgane d’un regard entendu.

  • Dis-moi, comment es-tu parvenue à le convaincre aussi facilement ? Demanda-t-il, sincèrement intéressé. Je connais sa réputation et je m’étais résigné à employer l’hypnose pour en tirer quelque chose.
  • Oh tu sais, tous les mages sont prévisibles, fit-elle avec une certaine rancune dans la voix avant de rentrer dans la masure.

La demeure du prophète ne manquait pas de charme, dotée d’un style alliant légèreté rustique et naturalisme épuré. Tout était en bois du sol au plafond et seule une fenêtre crasseuse servait à illuminer l’endroit, et plus particulièrement une impressionnante collection de bouteilles que la pâle lumière automnale ornait de reflets multicolores.

Le vieillard leur signala avec dédain qu’ils pouvaient s’asseoir pendant qu’il se préparait à recevoir les visions dont les déïtés lui faisaient grâce. Il attrapa une demi-douzaine de breuvages et il se retira derrière un grand rideau pourpre afin de préserver le mystère de son savoir. Intrigués, les invités se rapprochèrent et entendirent de nombreux “glou glou glou” dont la signification restait pour le moins ésotérique.

  • Attends, regarde les bouteilles ! chuchota Morgane, choquée. Whisky forestier, rhum aux groseilles, cuvée des écureuils…
  • Silence, lui intima Zilk qui patientait calmement assis en tailleur. Il faut respecter les dieux de chacun.
  • Avec ça, je vais avoir des visions de folie ! S’égaya soudain leur hôte dans un accès d’euphorie prophétique.

Quelques minutes plus tard, ce dernier tira le rideau et ils purent constater que les flacons qu’il avait pris avec lui gisaient à terre, vides. L’air hagard, l’oracle des Bois Sonfrèches tituba jusqu’au tabouret le plus proche, la langue pendante et les yeux exorbités.

  • Regarde, murmura Zilk. Il entre en transe.
  • Ola, vous, vooooooyageurs ! S’écria le vieux mage d’une voix éraillée. Vous en êtes venu quérir à grand galop mon savoir et mon savoir je vous donnerai ! Ouaip ! Les bonshommes que vous r’cherchez sont pas des Jojo bien rigolos. J’en sais pas bien ce que vous y chercheriez des noises mais faites gaffe à vos miches les jeunots ! ‘Fin bon j’m’en fous moi hein, tant que j’ai mes flaconnets pour… euh… Exercer mon art, c’est tout c’qui compte. Alors voilà, les p’tits mecs que vous en avez après, le premier y s’appelle….

Et c’est ainsi que nos amis purent entendre ce vieil ivrogne déblatérer, de longues minutes durant, ses prophéties dont le sens n’avait d’égal que la lucidité de son orateur. Rapidement Zilk se rendit compte que ces élucubrations ineptes ne lui apprenaient rien qu’il ne sache déjà. D’ailleurs, Morgane s’était assoupie dès le début à côté de lui. Même une bonne cueillette aux champignons serait plus enrichissante. C’est donc d’un geste puissant et grave qu’il éleva un doigt majestueux en direction du vieil homme, prêt à abréger cette triste vie. Il aurait certes pu l’interrompre, l’humilier et imposer sa supériorité indéniable mais il était d’humeur magnanime et ne voulait pas froisser plus que nécessaire ce qui restait de dignité en cet homme.

Je me permet d’ailleurs d’ouvrir une parenthèse pour que vous, lecteur, remarquiez à quel point Zilk est devenu humble et généreux par rapport à la genèse de ce récit. N’aurait-il pas poussé plus bas que terre un tel spécimen seulement quelques pages plus tôt ? Et maintenant il souhaitait abréger les souffrances du malheureux ivrogne sans même perturber son récit. Quel grand homme était-il devenu sous l’influence aimable de sa camarade rousse…

  • Mais revenons-en à notre brave ami et à son doigt dans lequel montait un sortilège de dévastation primaire de niveau sept, école des ténèbres, treizième cercle. Au moment où son acte de bienfaisance allait prendre forme, Bibine surgit subitement des ombres d’un vieux fauteuil branlant et atterrit dans la main de son maître, son doux regard de mammifère exprimant toute la pertinence intellectuelle dont elle était capable.

Le nécromant la regarda pendant quelques secondes, hésitant, puis il se détourna, tapota la tête de Morgane pour la réveiller et sortit de la bicoque à grands pas. Sa jolie comparse le suivit, l’esprit encore un peu brumeux, et lui demanda avec la voix pâteuse :

  • Alors, on a appris des choses ?
  • Non.
  • C’est bien ce qui…qu’il me seeeeeemblait, nota-t-elle en baillant. Et pourquoi on a pas tué le vieux ? Il sait qui on est…
  • Bibine m’a demandé d’épargner cet ami de la forêt, expliqua-t-il sobrement. Allons chère amie, nous nous passerons des quelques détails utiles que nous étions venus chercher. Dirigeons-nous sans plus attendre vers le nord !

À quelques milliers de kilomètres de là, un nain broussailleux se réveilla en sueur au milieu de la nuit en criant “JAMAIS AU NORD !” avant de se rendormir lourdement. Dans la cabane de l’oracle des Bois Sonfrèches, un peu plus tard, le vieil hystérique termina sa prophétie :

  • … Et il collectionne les pigeons. Oh et j’ai failli oublier, il sait que vous en avez après lui et il a préparé un piège pour vous accueillir !

Il reprit alors ses esprits, s’ébroua vigoureusement et se frotta les yeux avant de s’apercevoir que ses convives n’étaient plus là. Il attrapa une nouvelle bouteille dont l’étiquette indiquait “Alcool pour mage, le Vin-vocation” et marmonna dans sa barbe :

  • Bon, tant pis pour eux. Tiens, je bois à leur santé !

Tom & Alban