Le Test Hycule, ou le titre dont on ne doit pas prononcer le nom… | Les ustensiles lucides #3

Interdit au -9ans 3/4

Aujourd’hui nous allons parler du mystérieux, envoûtant et pour le moins passionnant TARDIS.

Qu’est-ce que le TARDIS ? Et bien ça ne signifie pas ami en elfique, ni cabine bleue. En vérité c’est un acronyme, qui signifie… oh vous devez déjà le savoir mais bon…Non vraiment ? … Vous êtes sûr ? … Bon, ok. Cela signifie littéralement Testicule Atrophié Radicalement Dense Indubitablement Souple. En toute finesse !

Il était une fois un grand scientifique, Hycule, renommé pour sa recette de tarte aux poireaux, qui d’ailleurs lui offrit le prix Nobel de la meilleure cuisine outremer. Sa recette, à la fois subtile mais immensément sadique envers les poireaux, donnait une pâte moelleuse et crousti-cieuse, à la fois croustillante et délicieuse. Après une longue carrière gustative, il décida de se lancer en biochimie avancée. Son but : créer des membres humains en plastique. Il avait le soutien de nombreuses instances, politiques et économiques, afin de mener à bien son oeuvre. Le budget était d’environ une fois et demi le prix d’un tapis haut de gamme. Enfin bref, il avait parmi ses projets la création d’une paire artificielle de testicules. Et c’est ainsi que naquit TARDIS, notre héros, ou plutôt notre paire de héros. Hycule était fier de sa création, mais il devait malheureusement, au nom de la science, les séparer. L’un des deux eut un accident mortel, il en mourut. L’autre, en voyant sa moitié décéder, chercha à la venger et attaqua virilement son créateur Hycule. Le scientifique n’eut pas d’autre choix que de le jeter dehors, dans le brouillard, sous la pluie et dans la misère.

-Jamais plus je ne jouerais à être Dieup ! Jamais plus je ne créerais la vie ! cria Hycule, fou de rage et de chagrin.

Son assistant, lui restait de marbre.

-Monsieur vous avez crée ces testicules parce que vous pensiez qu’ils étaient jolis, mais ils ne connaissent pas cet habitat et peuvent réagir avec violence si nécessaire. Vous les avez crées car vous pouviez le faire, mais vous ne vous êtes pas demandé si vous en aviez le droit. La glande trouve toujours son chemin, vous savez

-Oui Jamie, vous avez sûrement raison, comme toujours…

TARDIS fuyait bravement, vers l’inconnu. La première nuit dans ce sinistre monde lui parût interminable, il roulait, sans savoir où aller… La seconde nuit aussi, d’ailleurs… Enfin toutes les nuits qui suivirent jusqu’à un événement majeur qui allait changer à jamais sa vie. Alors qu’il faisait, euh qu’il roulait sur le trottoir, une apparition apparût apparemment devant lui. C’était un être auréolé de lumière divine, ce qui faisait ressortir majestueusement sa magnifique moustache.

-Bonjour mon fils, je suis Jesup. Je suis le fils de Dieup, une personne divine et tout ça quoi… Alors avant de rentrer dans le vif du sujet, admire un peu mes fringues. Classes hein ? Payés par les dons des croyants mortels, c’est le pied. Ta requête m’es parvenue, à 28kb/sec, dans mon super esprit divin.

-Ah… répondit TARDIS dubitatif.

-Si tu cherches la vengeance, je ne peux t’aider, sauf si tu me rends un petit service.

-Ah…

-Plutôt trois petits services en fait…enchaîna Jesup.

-Ah…

-Parfait, je prends ça pour un oui ! Alors aides-moi et je tuerai le scientifique et ressusciterai ton frère ! Il va falloir que tu commence par me…

TARDIS écoutait cette étrange entité, sûrement sa seule chance de retrouver son frère. Il partit donc en direction de sa première mission, enfin sa quête. Sa chose quoi ! Pour se repérer Jesup lui avait donné une carte qui chantait l’emplacement de ses trois épreuves de façon assez insupportable.

-J’suis la carte, j’suis la carte, j’suis la…

-Ta gueule ! lui répondit la glande.

-Alors, où allons-nous ? Tout d’abord la banque pour retirer de l’argent, puis le bar pour acheter son tabac, et chez lui pour lui donner ! Répète après moi : argeeeent, taaabac, chez luiiiiii… Argeee…

-Tu vas la fermer oui ! Sinon je te déchires, te recolle, fais du papier maché, t’assèche, te brûle puis finalement te balance dans une marre d’acide !

-Ok, alors prends simplement la prochaine à gauche.

Ils voyagèrent ainsi et arrivèrent donc devant la banque, nommée “Banque”, un nom ma foi original pour un tel établissement, enfin bref… TARDIS rentra dignement dans l’édifice et se dirigea vers Hervé la machine à billets.

Il s’apprêtait à lui demander de remplir sa bourse quand, soudain, tout à coup, un bruit sourd-muet se fit entendre. Un gros “SSSSCHHHBBBAAAAM” suivi de plusieurs “plop, plop” et d’un ou deux “swap, swap”se fit entendre. Le monde se figea, Hycule vit le monde devenir flou et il se mit à pleuvoir des frites. Tant de frites tombèrent que la population objetale se vit doublée, ce nombre était tel que même MacDonald se sentait con face à une telle quantité de frites. Une voix retentit dans la tête, avec un accent russe, viril. C’était Jesup. 

-Mon fils, un grand mal s’abat sur nous. Le fils de Walter Pibosh, Peter Pibosh, a fait n’importe quoi. En voulant se préparer un café-pantoufle (note : un café-pantoufle est une boisson alliant à la fois le caractère du café avec l’arôme subtil de la pantoufle), il ouvrit une faille dimensionnelle entre notre monde (nommé temporairement Balou) et le monde des pommes de terre (cf. Hors-série futur). C’est pour cela qu’il pleut des patates. 

La glande répondit intelligemment avec tact et stupidité :

-Ah… Merde… On fait quoi ?

-Il est dit, dans une ancienne prophétie de Wam-Palala, qu’un testicule sautant 7,5 fois sur place refermera la faille dimensionnelle. Malheureusement, personne n’eut jamais l’occasion de vérifier…  J’ai toujours voulu savoir si elle était vraie. TARDIS, c’est ton destin d’essayer.

-Ok, je vais le faire !

Il prit son courage à deux mains, et sauta une fois. Son geste était  léger et gracieux, comme une plume de papillon. Jesup était admiratif devant cette grâce virile. TARDIS bondit une seconde fois. Une troisième fois, puis une quatrième, une cinquième, enfin jusqu’à 7,5 fois quoi. Le sol s’ébranla. Une intense lumière les éblouit, les menant au coma. Quand ils se réveillèrent, plus une frite n’était là, elles avaient disparu. Jesup sauta de joie.

-Wouah, j’ai la patate moi ! s’écria-t-il. 

Il se retourna vers TARDIS et lui dit :

-Oublie mon tabac, t’as sauvé le monde. Ça suffit. Que veux-tu comme récompense ?

-J’aimerais me venger de mon père, le scientifique Hycule… 

Jesup, en claquant de doigts, fit apparaître de façon très classe le savant fou, apeuré.

 -Ta spécialité est la tarte aux poireaux, dis lentement la glande. Maintenant Jesup, je te le demande, transforme-le EN POIREEEEAAAAUUUU ! ! !

-Qu’il en soit ainsi, tu deviendras donc Hycule Poireau. Tu finiras ta vie dans un potager miteux, avec pour seule compagnie des navets… Mouah ah ahaha !

Hycule disparut dans un nuage de navets, ne laissant que TARDIS et Jesup.

-Et toi, mon ami glande, que vas-tu faire ?

-Ouvrir un club de salsa-poker pour coton-tiges je pense. Et comme a dit un vieil ami : il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux !

Et c’est ainsi qu’un simple testicule sauva la terre d’une invasion de pommes de terre alors qu’il devait juste acheter des clopes pour Jesup, fils de Dieup. 

(P.S : A titre informatif les frites s’appellent généralement Brigitte.)

Tom & Jeremy

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *