L’Episode en Carton | Les ustensiles lucides #5

En 19² fut inventé le carton intra-gravitatif à pulsion post-inversées. Pourquoi donc me demanderez vous ? Et bien car en ce temps vivait un carton, mais pas un simple carton. C’était Simon le Carton, héritier du trône d’une contrée lointaine de Wam-Palala de par l’alliance au second degré de sa belle-sœur qui s’accoupla avec un monarque du nom de Jean le Banc. Malgré ça il voulait juste voyager dans l’espace galactique intersidéral, pas facile pour un carton… Une fois qu’il aurait réussi à explorer l’univers il créerait le plus grand golf spatial de tous les temps, mais aussi le seul. Comme quoi il en avait des projets ce petit…

Mais pour des raisons légales il ne put mettre à exécution ce projet, cela ressemblait apparemment trop au Quidditch. C’était pourtant une belle idée, c’était une belle histoire…

Maintenant que vous savez tout ça, je m’en vais vous détailler un épisode pour le moins tragique, intéressant, haletant et bouleversant de ce petit bout de carton.

Tout d’abord il était beau, le plus beau de tous. On l’appelait face de Beau. Mais cela n’a ici que peu d’importance.
En 17² il rencontra un sac. Je dirais pas un héros, c’est quoi un héros ? Enfin toujours est-il qu’il rencontra Jacques le sac, un individu plutôt agréable au demeurant. Ils entamèrent donc une puissante discussion.

-Jacques ? demanda Simon.

-Oui ? répondit ce dernier.

-C’est bien toi ?

-Oui… confirma le sac.

-D’accord.

C’est après cette discussion qu’ils se séparèrent pour ne se revoir qu’en 18², lors d’un meeting sur la contenance et le contenu. “Contenir ou ne pas contenir ? Telle est la question. ”’était le nom de cette convention. Lorsque Jacques vit Simon il sauta de joie, enfin autant que peut sauter un sac bien sûr. C’est donc tout naturellement que nos deux comparses de remirent à discutailler gaiement.

-Simon ? demanda Jacques.

-Oui ?

-Alors ça va ?

-Eh bien, Jacques mon ami, je me sens un peu vide vois-tu… déclama Simon le carton.

-Mince alors… Mais ne t’inquiète pas, j’ai plus d’un tour dans mon sac ! Je te présente Ursule le papier-bulle !

En voyant cette charmante créature Simon ne put s’empêcher de rougir. Tout embarrassé il tenta de ne pas avoir l’air décontenancé.

-Ursule… Vos bulles sont d’une beauté éclatante…

-Oh merci… répondit Ursule gênée.

-Bon je vais vous laisser, dit Jacques en partant.

Alors qu’Ursule et Simon faisaient connaissance, un terrible drame se profilait. Revenons un peu en arrière, une minute et ?,221237 secondes pour être précis. Au moment où Jacques faisait la présentation d’Ursule, un méchant était en train d’empoisonner la cuvée de café sec (en effet s’il était humide cela nuirait gravement à la santé des papiers et de leur entourage). Par chance Ursule et Simon ne buvaient pas de café. Ouf !

Des cris se firent entendre. De terribles hurlements fendaient l’air tels des poules assoiffées fendant la douce brise matinale de la côte est de l’archipel de Wam-Palala un soir frais d’automne alors que les feuilles tombent doucement et sûrement vers l’océan éclatant et palpitant de vie maritime. Oh une crevette ! Les gens mourraient empoisonnés…

C’est alors que Simon, le courageux Simon, l’intrépide Simon, ne savait pas trop quoi faire. C’est Ursule qui eut une idée.

-Simon ?

-Oui ?

-Fuyons mon amour !

-Donc tu m’aimes ?

-Simon pas maintenant !

-Mais ? Mais ? se questionna Simon, bouleversé.

C’est alors qu’Ursule se blottit au fond du viril carton qu’est Simon. Leur union était désormais parfaite, ils étaient ensemble et pour rien au monde ils ne s’abandonneraient.

-Ursule ?

-Oui ? demanda-t-elle.

-Aime moi tendre et aime moi vrai.

-Oh Simon oui ! cria-t-elle, s’éclatant une bulle de joie.

Et ils partirent tout deux vers un monde plus beau et moins morbide. Une fois arrivés à destination ils se promirent de s’aimer jusqu’à la dernière bulle. Ils scellèrent leur romance et s’offrant une alliance où était gravée Ursule + Simon = Amour, abrégée en USA pour un soucis de facilité d’écriture sur une si petite chose que peut-être un anneau, enfin une alliance.

C’est ainsi que nos héros vécurent heureux et sillonnèrent l’espace 1²an plus tard.

La suite de l’aventure dans : Rien que pour vos bulles !

Tom et Jeremy

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *