Laberation – Gringotts, encore cambriolée !

Tout va de travers sur le chemin de traverse !

 Dans la nuit d’hier, Gringotts, la banque des sorciers, a été de nouveau cambriolée par un individu qui n’a   pas encore été identifié ni appréhendé.

 On se rappelle que la banque qui vantait sa sécurité infaillible a déjà été cambriolée une première fois par  professeur bégayant du nom de Quirell, puis par trois adolescents recherchés qui avaient eu la discrétion  de s’enfuir en fracassant les étages avec un dragon… l’animal ayant été posté là par nul autre que l’équipe  de sécurité de la banque. Et si.


Ce mioche a réussi à cambrioler Gringotts, voilà qui en dit long sur l’efficacité de la sécurité de la banque.

Hagrid nous a d’ailleurs laissé un témoignage aussi éloquent que visionnaire lors de la première faille de sécurité de la banque, il y a quelques années de cela, en affirmant rien de moins que “Poudlard est un endroit plus sûr que Gringotts”. Lorsqu’on sait que l’école de magie a abrité d’une année sur l’autre des dangers mortels tels que Lord Voldemort déguisé en professeur, un basilic, une araignée géante et sa famille, une armée de détraqueurs, Peter Pettigrow (le bras droit de Voldemort), Barty Croupton Jr (l’autre bras droit de Voldemort) un géant nommé Graup, Severus Rogue (Voldemort a beaucoup de bras droits), plusieurs dragons ou encore les jumeaux Weasley (que nous saluons d’ailleurs), on comprend que l’affirmation de notre garde-chasse préféré n’est pas à prendre à la légère.

C’est donc un nouveau coup dur pour Gringotts,

qui se battait déjà avec la Caisse d’Epargne pour la dernière place dans le classement des banques en lesquelles le peuple a le plus confiance. Les sondages de ce matin annoncent que l’établissement de nos braves gobelins s’est désormais solidement ancré en dernière position.

En parallèle, l’enquête se poursuit sous l’aval expert du commissaire James Gordon. Si aucune preuve n’a été retrouvée sur place, un suspect a cependant été arrêté ce matin dans le cadre de cette affaire et il s’agit du très célèbre cambrioleur Bilbo Baggins (ou Sacquet). En effet, de nombreux employés de chez Gringotts affirment que le hobbit était sur place au moment où le méfait a été commis. Nous avons d’ailleurs interrogé un des gobelins de garde :

– Bonjour monsieur… ?

– Krakboum.

– Enchanté. Je vais être direct monsieur Krakboum, pensez-vous que Bilbo Baggins soit responsable du cambriolage ?

– Mais bien sûr enfin ! À peine ce microbe avait-il passé la porte de notre beau bâtiment que toute notre équipe de sécurité lui a collé aux basques, car notre intelligence supérieure nous permet de repérer tout de suite les gens pas très clairs.

– Toute votre équipe ? Je comprends la menace que cet individu représente, mais les autres clients n’étaient donc pas surveillés ?

– Nous avons une clientèle très respectable.

– Bien sûr… Et donc comment le hobbit a-t-il… enfin aurait-il réussi à tout voler alors qu’il était sous votre surveillance ?

– Il est ressorti et il est revenu avec un dragon pour tout voler ! C’est son truc à lui les dragons, j’en suis sûr.

– C’est vrai qu’il est doué pour les amadouer. Mais possédez-vous une preuve qui permette aux autorités de mettre définitivement ce voleur derrière les barreaux ?

– Il y a un énorme trou dans la façade, c’est par là que la vermine est entrée avec son dragon !

– Merci pour votre témoignage, Monsieur Krakboum.

Les suspicions pesant sur le hobbit semblent être partagées de tous.

Après les Sacquet-de-besace venus réclamer leur héritage, c’est un certain Gollum, un SDF, qui est également venu porter plainte contre Bilbo en témoignant des élans kleptomanes secouant le principal suspect dans cette affaire de vol à Gringotts. Batman et, les détectives nommés sur cette enquête, ont été convaincus par ces témoignages et sont désormais persuadés que Bilbo Baggins est bien le coupable qu’ils recherchaient et qu’il ne reste plus qu’à le cuisiner pour qu’il avoue son crime. Seul le très controversé Colombo reste sceptique et nous explique “En parlant de cuisiner, aucune nourriture n’a été volée… ça me semble bizarre, de la part d’un hobbit”.


Dans la main gauche, l’anneau de pouvoir. Dans la main droite, une épée, symbole de violence. Dans le regard porté sur l’anneau, de la fascination. Et si cette image dévoilait la véritable personnalité du hobbit ?

En attendant d’en savoir plus, Bilbo reste en garde-à-vue au commissariat de Gotham où il réclame des tartines de pâté tous les quarts d’heure, afin de garder la forme.

Pour l’instant, le mystère de la culpabilité du hobbit reste entier et en tant que journal respectueux des droits de chacun, nous respecterons la présomption d’innocence en ne jugeant pas Mr Baggins avant que son affaire soit passée au tribunal.

 

Mais nous finirons ce numéro en vous recommandant, chers lecteurs, de faire attention à votre portefeuille si vous vous aventurez vers la Comté, par mesure de précaution.

Alban


Maj : Du nouveau sur le cambriolage de Gringotts !


Laisser un commentaire

Your email address will not be published.