La Vie D’un Mort | Court-Métrage

Yep !

Aujourd’hui nouveau court-métrage ! La grande question : comment les choses se passent quand on est un fantôme ? Pour certains ça peut être chiant très vite ^^… On a fait ce court-métrage pour le BAC 2015 (Bon au final je m’en suis pas servi pour l’occasion, enfin ce qui compte c’est de l’avoir fait ^^’).

Bon visionnage !

PS: Trouvez Ghostbusters 

Voila ! On espère qu’il vous a plu ! N’hésitez pas à donner votre avis !

Un grand merci aux acteurs ! On a tourné sur des périodes assez courtes, et puis en chemise en extérieur et en hiver, c’est pas toujours le top ! (En plus de boire un truc pas très classe ^^…) Un grand merci aussi à toutes les personnes qui nous ont aidé et prêté les lieux !

Sur ce, à la prochaine ! Un autre court-métrage arrive bientôt 

Jeremy

Partager :

The Wonstein Compagnie | Court-Métrage

Yep !

Aujourd’hui un nouveau court-métrage réalisé à l’occasion du KinoKabaret de Nogent-le-Rotrou ! Le but du jeu : créer un, ou plusieurs, court-métrages en 55h dans un esprit coopératif ! (très agréable d’ailleurs). Le thème cette année était la KariKature, et on a choisi la caricature du producteur de Cinéma. Bon visionnage !

Voilà ! On a fait le choix de ne pas améliorer le court-métrage parce que du coup, le challenge ne serait pas vraiment respecté pour nous… Sinon on aurait corrigé la nuit américaine totalement ratée et le détourage immonde par exemple ^^’ ! C’est pour nous toujours très formateur de faire des choses rapides et efficaces !

En tout cas on espère que ça vous aura plu ! Et on attend vos commentaires  !

.

Tom & Jeremy  

Partager :

Le Test Hycule, ou le titre dont on ne doit pas prononcer le nom… | Les ustensiles lucides #3

Interdit au -9ans 3/4

Aujourd’hui nous allons parler du mystérieux, envoûtant et pour le moins passionnant TARDIS.

Qu’est-ce que le TARDIS ? Et bien ça ne signifie pas ami en elfique, ni cabine bleue. En vérité c’est un acronyme, qui signifie… oh vous devez déjà le savoir mais bon…Non vraiment ? … Vous êtes sûr ? … Bon, ok. Cela signifie littéralement Testicule Atrophié Radicalement Dense Indubitablement Souple. En toute finesse !

Il était une fois un grand scientifique, Hycule, renommé pour sa recette de tarte aux poireaux, qui d’ailleurs lui offrit le prix Nobel de la meilleure cuisine outremer. Sa recette, à la fois subtile mais immensément sadique envers les poireaux, donnait une pâte moelleuse et crousti-cieuse, à la fois croustillante et délicieuse. Après une longue carrière gustative, il décida de se lancer en biochimie avancée. Son but : créer des membres humains en plastique. Il avait le soutien de nombreuses instances, politiques et économiques, afin de mener à bien son oeuvre. Le budget était d’environ une fois et demi le prix d’un tapis haut de gamme. Enfin bref, il avait parmi ses projets la création d’une paire artificielle de testicules. Et c’est ainsi que naquit TARDIS, notre héros, ou plutôt notre paire de héros. Hycule était fier de sa création, mais il devait malheureusement, au nom de la science, les séparer. L’un des deux eut un accident mortel, il en mourut. L’autre, en voyant sa moitié décéder, chercha à la venger et attaqua virilement son créateur Hycule. Le scientifique n’eut pas d’autre choix que de le jeter dehors, dans le brouillard, sous la pluie et dans la misère.

-Jamais plus je ne jouerais à être Dieup ! Jamais plus je ne créerais la vie ! cria Hycule, fou de rage et de chagrin.

Son assistant, lui restait de marbre.

-Monsieur vous avez crée ces testicules parce que vous pensiez qu’ils étaient jolis, mais ils ne connaissent pas cet habitat et peuvent réagir avec violence si nécessaire. Vous les avez crées car vous pouviez le faire, mais vous ne vous êtes pas demandé si vous en aviez le droit. La glande trouve toujours son chemin, vous savez

-Oui Jamie, vous avez sûrement raison, comme toujours…

TARDIS fuyait bravement, vers l’inconnu. La première nuit dans ce sinistre monde lui parût interminable, il roulait, sans savoir où aller… La seconde nuit aussi, d’ailleurs… Enfin toutes les nuits qui suivirent jusqu’à un événement majeur qui allait changer à jamais sa vie. Alors qu’il faisait, euh qu’il roulait sur le trottoir, une apparition apparût apparemment devant lui. C’était un être auréolé de lumière divine, ce qui faisait ressortir majestueusement sa magnifique moustache.

-Bonjour mon fils, je suis Jesup. Je suis le fils de Dieup, une personne divine et tout ça quoi… Alors avant de rentrer dans le vif du sujet, admire un peu mes fringues. Classes hein ? Payés par les dons des croyants mortels, c’est le pied. Ta requête m’es parvenue, à 28kb/sec, dans mon super esprit divin.

-Ah… répondit TARDIS dubitatif.

-Si tu cherches la vengeance, je ne peux t’aider, sauf si tu me rends un petit service.

-Ah…

-Plutôt trois petits services en fait…enchaîna Jesup.

-Ah…

-Parfait, je prends ça pour un oui ! Alors aides-moi et je tuerai le scientifique et ressusciterai ton frère ! Il va falloir que tu commence par me…

TARDIS écoutait cette étrange entité, sûrement sa seule chance de retrouver son frère. Il partit donc en direction de sa première mission, enfin sa quête. Sa chose quoi ! Pour se repérer Jesup lui avait donné une carte qui chantait l’emplacement de ses trois épreuves de façon assez insupportable.

-J’suis la carte, j’suis la carte, j’suis la…

-Ta gueule ! lui répondit la glande.

-Alors, où allons-nous ? Tout d’abord la banque pour retirer de l’argent, puis le bar pour acheter son tabac, et chez lui pour lui donner ! Répète après moi : argeeeent, taaabac, chez luiiiiii… Argeee…

-Tu vas la fermer oui ! Sinon je te déchires, te recolle, fais du papier maché, t’assèche, te brûle puis finalement te balance dans une marre d’acide !

-Ok, alors prends simplement la prochaine à gauche.

Ils voyagèrent ainsi et arrivèrent donc devant la banque, nommée “Banque”, un nom ma foi original pour un tel établissement, enfin bref… TARDIS rentra dignement dans l’édifice et se dirigea vers Hervé la machine à billets.

Il s’apprêtait à lui demander de remplir sa bourse quand, soudain, tout à coup, un bruit sourd-muet se fit entendre. Un gros “SSSSCHHHBBBAAAAM” suivi de plusieurs “plop, plop” et d’un ou deux “swap, swap”se fit entendre. Le monde se figea, Hycule vit le monde devenir flou et il se mit à pleuvoir des frites. Tant de frites tombèrent que la population objetale se vit doublée, ce nombre était tel que même MacDonald se sentait con face à une telle quantité de frites. Une voix retentit dans la tête, avec un accent russe, viril. C’était Jesup. 

-Mon fils, un grand mal s’abat sur nous. Le fils de Walter Pibosh, Peter Pibosh, a fait n’importe quoi. En voulant se préparer un café-pantoufle (note : un café-pantoufle est une boisson alliant à la fois le caractère du café avec l’arôme subtil de la pantoufle), il ouvrit une faille dimensionnelle entre notre monde (nommé temporairement Balou) et le monde des pommes de terre (cf. Hors-série futur). C’est pour cela qu’il pleut des patates. 

La glande répondit intelligemment avec tact et stupidité :

-Ah… Merde… On fait quoi ?

-Il est dit, dans une ancienne prophétie de Wam-Palala, qu’un testicule sautant 7,5 fois sur place refermera la faille dimensionnelle. Malheureusement, personne n’eut jamais l’occasion de vérifier…  J’ai toujours voulu savoir si elle était vraie. TARDIS, c’est ton destin d’essayer.

-Ok, je vais le faire !

Il prit son courage à deux mains, et sauta une fois. Son geste était  léger et gracieux, comme une plume de papillon. Jesup était admiratif devant cette grâce virile. TARDIS bondit une seconde fois. Une troisième fois, puis une quatrième, une cinquième, enfin jusqu’à 7,5 fois quoi. Le sol s’ébranla. Une intense lumière les éblouit, les menant au coma. Quand ils se réveillèrent, plus une frite n’était là, elles avaient disparu. Jesup sauta de joie.

-Wouah, j’ai la patate moi ! s’écria-t-il. 

Il se retourna vers TARDIS et lui dit :

-Oublie mon tabac, t’as sauvé le monde. Ça suffit. Que veux-tu comme récompense ?

-J’aimerais me venger de mon père, le scientifique Hycule… 

Jesup, en claquant de doigts, fit apparaître de façon très classe le savant fou, apeuré.

 -Ta spécialité est la tarte aux poireaux, dis lentement la glande. Maintenant Jesup, je te le demande, transforme-le EN POIREEEEAAAAUUUU ! ! !

-Qu’il en soit ainsi, tu deviendras donc Hycule Poireau. Tu finiras ta vie dans un potager miteux, avec pour seule compagnie des navets… Mouah ah ahaha !

Hycule disparut dans un nuage de navets, ne laissant que TARDIS et Jesup.

-Et toi, mon ami glande, que vas-tu faire ?

-Ouvrir un club de salsa-poker pour coton-tiges je pense. Et comme a dit un vieil ami : il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux !

Et c’est ainsi qu’un simple testicule sauva la terre d’une invasion de pommes de terre alors qu’il devait juste acheter des clopes pour Jesup, fils de Dieup. 

(P.S : A titre informatif les frites s’appellent généralement Brigitte.)

Tom & Jeremy

Partager :

Le Prof Pokémon #1 | La Pierre Lune !

Voici le premier épisode du Prof Pokémon, aujourd’hui il parle de la pierre lune, avec l’aide indispensable de son assistant !

On espère que vous apprécierez ! ^^ Bon visionnage !

Après plusieurs mois de préparation on a enfin réussi à finir le premier épisode ! Plusieurs défauts sont notables, que nous essayerons de régler le plus tôt possible évidemment ^^. Le but de ce pilote est de préparer la suite en présentant le prof, son assistant et notre façon de faire, soit essayer de bien doser entre blabla sur le sujet et conneries ! Le prof vie dans le monde de Pokémon et donc la partie “fiction” est importante.

Sur ce, à la prochaine, on l’espère dans pas trop longtemps ^^ !

Partager :

Le Monde des Séries #3 | Game Of Thrones

3ème épisode ! Game of Thrones est un sujet de plus en plus surexploité, mais bon j’adore alors je voulais absolument en parler ! J’ai quand même essayé d’être assez original en parlant de Westeros généralement par exemple.

Bon visionnage !

PS: Désolé si le son sature par moment, j’ai eu quelques problèmes inattendus de micro :/

Jeremy

Partager :

La Guerre des betteraves : La Menace Végétale ! | Les ustensiles lucides #2

Suite à l’évolution objetale, comme pour les humains, les ustensiles eurent le bonheur de développer des techniques ultra-sophistiquées de tricot, en particulier des chaussettes. C’était leur moyen à eux de donner la vie, comme à Josette par exemple. Mais ils eurent aussi la joie d’explorer les tréfonds infinis de l’espace intersidéral. Je m’en vais vous conter l’odyssée spatiale la plus épique, la plus fabuleuse de mon temps, elle en est devenue une légende parmi les nôtres. Je veux bien sûr parler de La Guerre Des Betteraves ! Tout commença dans une banale cuisine, dans une maison normale, dans une ville commune, dans l’archipel de Wam-Palala. La première expédition spatiale de boîte de betteraves eut lieu. Partit donc une boîte fortement équipée en tout type d’armement de pointe : comme par exemple Alban le cure-dent, Bono le couteau. Ils étaient donc parés à toute éventualité sauf une. Une chose qu’ils n’avaient pas prévue : leur destination finale était déjà occupée et dirigée par un dictateur très vilain : le colonel Mustang la Mangue… L’équipage ne savait pas quoi faire face à ce communiste d’extrême droite zoophile. Leur vaisseau se dirigeait droit vers cette planète, nommée Raxacoricoprixtoxis. Déboussolé, le capitaine Gustave la Betterave regarda son équipage paniquant.

-Eh oh, bande de feignasses, on se reprend ! J’ai la situation en main, je vais appeler un ami qui m’a, plus d’une fois, sauvé des griffes de la nuit ! Et oui c’est une métaphore pour parler de la mort !

-Mais, capitaine, personne ne peut nous sauver ! Nous sommes perdus !

-Bougez-vous le cul soldats si vous voulez pas devenir du jus de betteraves ! Et essayez de nous faire changer de direction !

-Pas possible, il nous faudrait pour ça ralentir à 88miles/heure, ce qui est impossible en plein hyperespace !

-Oh putain, bon alors trouvez-moi mon communicateur, bande de cons !

-Chef, oui, chef !

Gustave prit le communicateur que lui tendit héroïquement un sous-fifre insignifiant. Il composa le numéro 555-237-221B.

-Oui allo ? Germaine ? Passez-moi Spock s’il vous plaît.

(note : Germaine, c’est sa femme en fait, depuis 5 ans²)

-Oui allo, ici Spock. Spock le médoc, capitaine du vaisseau…

-On était à l’école de pilotage ensemble, crétin ! C’est Gustave.

Gustave lui expliqua donc la situation, Spock ne savait pas quoi faire face à ce Mustang.  Il proposa néanmoins une solution qui était, je cite : “euh bah on tape, et si il est encore vivant, on retape.Après il ressemblera à du Tropicana, mouah ahaha aha !”

Le capitaine Gustave n’eut d’autre choix que de désigner un kamikaze : il choisit Gilles le missile. Gilles fût donc expédié sur Raxacoricoprixtoxis afin de réaliser le but de sa vie, ce pourquoi il était né, faire un gros BOOM sur les méchants ! Il s’approcha de la planète à vive allure, tentant de viser le tyran, ce qui était plutôt difficile. Soudain, il vit Arnaud le panneau qui indiquait : TYRAN ICI. Il changea de cap et se dirigea vers Arnaud. Le compte à rebours était lancé. Tic-tac-tic-tac-tic-tac-BOOOOOOOM !!! Il ne restait que des débris, alors que Gilles regardait le monde pour la dernière fois, il vit, écrit en corps 4 au dos d’Arnaud “Attention piège”. Il s’était donc sacrifié pour rien, quel tragique destin… Autour de lui, rien, même pas un ennemi tué sinon ce fourbe piège…

-Capitaine ! C’est un échec, il faut enclencher le plan B !

-Oui, sergent ! Le problème est que nous n’avons pas de plan B…

-Ah, mince alors…

Alors qu’ils se lamentaient sur leur stupidité mutuelle, leur vaisseau, lui, se rapprochait de la planète inexorablement. Seulement, ils ignoraient que leur trajectoire s’interposait directement entre le soleil et la planète, cachant ainsi la lumière si précieuse pour les mangues.

(note 2 : les mangues sont des fruits exotiques et ont besoin de chaleur pour vivre, tout comme les mexicains. Sans ça, ils meurent.)

Le climat de la planète se rafraîchit alors, passant de 43° à 19° soit une baisse de température de 12,7°. Mustang, pour la première fois, se mit à grelotter. C’était étrange, du jamais vu, de l’inédit pour ces malheureux fruits. Toute la colonie se mit à courir en quête de lumière. Ils cherchaient des bons gros UV. Seulement Gustave avait compris et fit tout pour rester à cet endroit stratégique. Mais, comme nous l’avons vu précédemment (avec l’hyperespace et tout ça) il ne pouvait rien faire. Mais cela suffit, les mangues se mirent à se transformer lentement en sorbet exotique… La colonie était ainsi congelée, les betteraves avaient réussi, exterminer les envahisseurs vivant tranquillement sur leur propre planète. Et, aussi fièrement que les colons américains, les betteraves s’installèrent sur la planète et y vécurent longtemps, tout en continuant de relater leurs exploits à leurs enfants. Ce génocide était leur fierté, ils pouvaient donc “se la péter grave”.

Cependant, lors de l’assaut, alors que les mangues mouraient par centaines, Mustang avait courageusement survécu encore et toujours à l’envahisseur en fuyant lâchement. Il avait dit, juste avant de se téléporter vers l’infini et au-delà : “I’ll be back !”

Cependant, he has never been back, du moins à ma connaissance…

Cette histoire devint une légende, cette légende devint un mythe, pendant 93ans², plus personne n’entendit parler de betteraves, jusqu’à ce que, par hasard, elles prirent au piège un nouveau producteur, qui développa la suite pour faire du fric ! Bientôt sur vos écrans : La guerre des betteraves II : L’attaque du Trône !

Attention : cet épisode ne sera pas diffusé !

Tom & Jeremy

Anthony

Partager :

La Fabuleux destin de Thomas le Tuba ! | Les ustensiles lucides #1

Ah le plastique, c’est fantastique… Il permet la création de centaines d’objets versatiles, comme notre ami Thomas. Dès son enfance, le destin prit part à cette aventure en lui donnant la forme d’un tuba. Il aurait pu être le boîtier DVD de l’édition collector spéciale limitée des Schtroumpfs, ou encore un primaire moyen de contraception. Mais il est devenu un tuba, instrument notamment utilisé à des fins sub-hydroliques. Quel hasard qu’il soit un tuba, et pas autre chose… Une question de rime peut-être ? Nul ne le saura jamais. Thomas, dès sa naissance, vivait heureux avec sa famille. Famille qu’il ne garda pas très longtemps car peu après ils décédèrent, victimes tragiques d’un rhume. Il faut savoir que le rhume est fatal chez les tubas, bloquant leur seul organe respiratoire et pouvant par la même occasion être mortels pour leurs utilisateurs humains. Thomas était désormais orphelin mais il fut recueilli par Gérard le nénuphar. Il vécu avec lui pendant deux ans, allongé sur son dos pendant que Gérard lui racontait, vu ses connaissances étendues, le big bang et tous ces trucs là, la naissance des premières cellules. Et Thomas l’écoutait, passionné, attentif jusqu’à ce qu’un jour il entendit une voix qui changera à jamais son existence.

« Thoooomaaaas ? Thooomas ? Thoomaaaaas ?

-Qui es-tu ? cria Thomas. »

À ce moment, Thomas vit une ombre menaçante s’avancer. Les rayons du soleil peinaient à éclaircir cette silhouette. Le temps semblait arrêté, même Gérard retenait son souffle… L’entité approchant, Thomas pu enfin discerner grossièrement la forme. Il y vit… un tuba !

« Je suis…ton frère ! dit alors l’étranger.

-Non, c’est impossible ! Nicolas ? Mais tu es mort avec les autres, lors de l’épidémie de rhume qui ravagea notre famille !

-Non, souviens-toi, j’étais au cinéma ! lui rappela alors Nicolas.

-Mais… Tu nous as abandonnés ! soupira Thomas en sanglots.

-Bah ouais, mais merde ! La Momie 2 quoi !

-Ah ouais ok… »

C’est ainsi que Thomas retrouva son frère, devenu ustensile dans une piscine municipale. Ils parlèrent durant des heures, Thomas lui présenta Gérard avec qui Nicolas s’entendit bien directement. Mais ils devaient néanmoins prendre des pauses durant leur discussion, afin de reprendre leur souffle. Jamais ils n’avaient été si heureux, leur famille était de nouveau réunie. Thomas décida de partir travailler avec Nicolas, en tant qu’objet de soutien respiratoire à la piscine. Durant de nombreuses années ils y travaillèrent. Un jour ils furent lassés d’une telle routine et décidèrent de tout plaquer. Ils retrouvèrent donc Gérard et ils partirent sur son dos de nénuphar far away…

Pour moi, c’est une histoire sans fin. Je l’ai donc résumée, afin qu’elle soit plus facile d’accès, plus intéressante. J’espère que cela vous aura plu. Et tout cas, moi, ça m’a plu. Sur ce, à la prochaine dans La guerre des betteraves, la menace végétale où nous suivrons le légendaire Gustave et le colonel Mustang la mangue !

Tom & Jeremy

Partager :

Le Monde des Séries #2 | Hero Corp

Que deviendront les Super-Héros dans leur vieillesse ? Hero Corp a décidé de résoudre ce mystère ! Voila dans ce 2ème épisode j’ai essayé de gommer un maximum les défauts du précédent, j’espère que ça se ressent ^^

Thanks for Watching ! Et n’oubliez pas de donner votre avis !

Jeremy

Partager :

Le Monde des Séries #1 | Buffy contre les Vampires

Voici le premier épisode du monde des séries, j’ai voulu essayer de parler devant une caméra, mais parler de quoi ? Au final, j’aime bien parler de séries et peu de personnes en parlent en vidéo, alors allons-y (alonso) !

LMDS Bonus #1 – Buffy X Flander’s Company – Le Crossover Musical !

Voilà, un petit Bonus ! Je me suis amusé à remonter l’épisode musical de Buffy et celui de la Flander’s Company en un seul ! Par contre désolé pour le lecteur Dailymotion mais le robot de Youtube ne veut pas de la vidéo…

Jeremy

Partager :

La Mécanique du Temps | Court-Métrage

Enfin ce court-métrage est en ligne ! Après de laborieux mois de montage nous publions la Mécanique du Temps, premier volet de la Try-logie. Malgré certains problèmes de lumière et de son nous espérons que ça vous plaira ! Sur ce, bon visionnage !

N’hésitez pas à donner votre avis ou des conseils !

PS: Merci à Manon qui nous a aidés pour le cassage de bouteilles et qu’on a honteusement oubliée dans les remerciements.

Jeremy & Tom

Partager :